Je te cache pas que ça a pas été facile-facile, mais j'ai réussi à sauver deux-trois trucs de la cuisine anglaise. Voilà mon Top 3. Une règle générale pour commencer : globalement, je dirais que les Anglais sont fans de l'apparence «mixture infâme». Ca aide pas à repérer les quelques plats potables au milieu du massacre. Parce que faut bien dire ce qui est, dans l'ensemble c'est bien un massacre.
Heureusement que la cuisine anglaise est assez pauvre pour pas constituer l'ensemble des plats. Heureusement aussi que l'influence indienne amène un peu de poulet pour changer du boeuf et de curry pour relever les choux de Bruxelles.
Cela dit dans ce billet je vais faire exactement le contraire de ce que je fais dans mes études, je vais faire comme si le poulet tandoori était pas aussi britannique que la gravy (épaisse sauce de base dont le but est de masquer la viande qui est dessous). Je vais faire comme si on pouvait décider arbitrairement ce qui est «pur» et ce qui l'est pas, au détriment de la réalité. Mais j'm'en fous, je suis en-dehors des heures de cours. :-D Spéciale dédicace à Brice H., à bientôt dans les urnes clermontoises.

Première dans un ordre parfaitement aléatoire : la sauce à la menthe. Là j'ai triché j'en avais un bon souvenir, donc j'ai investi directement dans un pot. Un de chez Colman's, la marque recommandée par Sa Gracieuse Majesté en personne. Si si, il y a un label pour ça. Ca c'est typiquement anglais, c'est un magma allant du vert pomme (pour les trucs chimiques édulcorés) au noir (pour les arrache-gueules) en passant par un honnête vert gazon (pour un bon équilibre entre goût et piquant). C'est rien de plus que de la menthe macérée dans du vinaigre, et du bon plus du bon en général ça fait du bon. Et puis ça fait encore une façon différente d'accommoder les nouilles.


Deuxième lauréat, un classique encore : le crumble. C'est toujours un fourre-tout bordélique, mais cette fois caché sous une belle croûte bien dorée. Et ça il savent le faire. Attention quand même il y a un piège : il faut se jeter en travers de la table pour saisir l'assiette avant que le cuisinier ne noie la part de crumble sous un demi-litre de custard (épaisse sauce de base dont le but est de masquer le gâteau qui est dessous). En effet la plupart des desserts consistent en un étouffe-chrétien (catholique de préférence depuis Henri VIII) dont on essaye de compenser l'aridité en l'imbibant d'un semi-liquide sucré.


Et pour finir, un peu moins consensuel : les pickles. Il y a quelques années, les Gallois chez qui j'ai passé deux semaines mettaient tous les jours dans mon sandwich des trucs que j'ai jamais pu identifier. C'était des sauces dont la couleur changer légèrement d'un jour à l'autre, avec des petits carrés dedans. C'était bon, un peu épicé, mais impossible de dire si la goût ressemblait à quelque chose. Récemment j'achète un sandwich au hasard, et je retombe sur ces machins ! Je fais aussitôt demi-tour pour lire l'étiquette en rayon... Et ben voilà, c'était des pickles, un émincé de légumes macérés dans du vinaigre (encore). Selon le type de légumes, ça change la couleur, et légèrement le goût, c'est très étrange mais assez agréable.


Et voilà, 3 aliments anglais de sauvés. Mais ne crois pas que j'ai abandonné toute fierté stomacale, il y a beaucoup de mauvais, et même du franchement irrécupérable... Après le Top 3, le Bottom 3 arrive bientôt !